Royaume-Uni: l'ex ministre des Finances affirme avoir conseillé à Liz Truss de
Credits: DANIEL LEAL/AFP

Royaume-Uni: l'ex ministre des Finances affirme avoir conseillé à Liz Truss de "ralentir"

L'ancien ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, renvoyé de l'éphémère gouvernement Liz Truss après que ses annonces budgétaires ont viré au fiasco le mois dernier, a affirmé dans une interview jeudi qu'il avait prévenu Liz Truss qu'elle allait "trop vite" avec ses réformes.

Alors que le Royaume-Uni connaît une inflation à plus de 10% et que les ménages font face à une importante crise du coût de la vie, Kwasi Kwarteng avait formulé fin septembre -quelques semaines seulement après la formation du gouvernement de Liz Truss- une série d'annonces budgétaires à base de baisses d'impôts non financées.

Son "mini-budget" avait affolé les marchés, fait tomber la livre sterling à un plus bas historique et fait réagir autant le Fonds monétaire international que la banque centrale. Face au fiasco, il avait été limogé mi-octobre par Liz Truss qui avait pourtant fait campagne sur ce programme.

"Je pense que la Première ministre estimait qu'il fallait qu'on aille vite. Mais je pense qu'on est allé trop vite", a-t-il affirmé sur la chaîne Talk TV dans sa première interview depuis son limogeage.

Dans cet entretien diffusé jeudi soir, il explique qu'il avait conseillé à Mme Truss de "ralentir" mais qu'elle ne l'aurait pas écouté. Il lui a alors dit "Tu ne tiendras pas deux mois si tu continues comme ça. Et j'ai bien peur que ce soit ce qui est arrivé."

Devenu Première ministre début septembre, Liz Truss a été contrainte à la démission mi-octobre après moins de 50 jours en poste, quelques jours seulement après avoir limogé son ministre.

Depuis, les annonces budgétaires de M. Kwarteng -déjà en grande partie annulées après sa démission- ont été abandonnées par le nouveau gouvernement de Rishi Sunak, nommé Premier ministre fin octobre.

* Stories are edited and translated by Info3 *
Non info3 articles reflect solely the opinion of the author or original source and do not necessarily reflect the views of Info3